Saturday, April 18, 2015

"Fair and balanced" à la française

Comme certains le savent sans doute, "Fair and balanced" ne veut pas dire "faire et balancer" mais "juste et équilibré", et c'est la devise de Fox News. Une devise qui fait un peu rire quiconque a regardé Fox News.

En France, malheureusement, on n'essaie même plus de prétendre que le journalisme est équilibré.
En France, les journalistes votent à gauche et puis c'est tout. Eh bien c'est un problème, petite grenouille, car les l'information que tu reçois est celle que tu utilises pour penser. Si cette information est biaisée, alors ta décision n'est pas libre.

Dur dur d'être un expert

Tout informaticien se reconnaîtra dans la vidéo ci-dessous (en anglais):


Friday, April 17, 2015

La politique française en une phrase

Je m’y engage avec gravité, toute la lumière sera faite sur ce drame insoutenable pas du tout Charlie, il en va de l’honneur de la république, il en va de l’honneur de la France, en ce moment difficile où le monde entier se tourne vers les valeurs républicaines qui nous unissent pour honorer le courage du petit Kevin dont le camion Lego fut victime d’un dysfonctionnement dramatique que personne n’aurait pu prévoir, mais que les services de l’état ont su gérer avec une maîtrise dont je salue le dévouement et l’efficacité, permettant ainsi d’éviter un drame encore plus terrible contre lequel il nous faut cependant nous prémunir, et je le regrette, car c'est le rôle de l'état de protéger les citoyens que nous sommes, en nous dotant de tous les moyens nécessaires, dans le cadre d'une procédure d'exception et pour une durée limitée, afin que, sous la direction du premier ministre, de monsieur le préfet et des élus à qui vous avez donné votre confiance, et soyez en remerciés, il soit dorénavant impossible pour un chien de déposer une crotte autrement qu’à l’endroit prévu par la loi, en application des conventions qui nous lient à nos amis européens, ce qui non seulement protégera tous les camions Lego de tous les petits Kevin français mais surtout étrangers, et nous permettra ainsi, dans un grand moment d’union sacrée, d’éviter les dérapages caninophobes évoquant les moments les plus sombres de notre histoire, dont certaines partis non-républicains, qui ne sont pas digne d’accéder à l’arme nucléaire, merde, quand même, n’hésitent pas à faire une lecture frelatée pour dévoyer les valeurs universelles qui sont les nôtres, et c’est pourquoi, afin d'éviter tout amalgame, j’ai demandé au premier ministre de déclarer solennellement cette date, sans céder à l'émotion, pour qu’elle devienne la journée mondiale contre la caninophobie, avec des mesures énergiques dans le développement durable pour un progrès social et sociétal éco-compatible, je pense en particulier à l’interdiction faite aux chats de grimper aux arbres proposée par le gouvernement, qui démontrent s'il en était besoin que le gouvernement travaille sur le chemin qu’il s’est tracé et dont il ne déviera pas d’un iota, car le peuple français a besoin de nous, face au lourd passif que nous ont laissé nos prédécesseurs, qui devraient avoir honte de penser comme ils le font, et c'est la raison pour laquelle nous répondrons à cet appel avec courage et détermination.

Thursday, April 16, 2015

L'esclavagisme au nom du Christ?

France Bleu rapporte l'histoire suivante, sous le titre Elle voulait être religieuse, elle devient esclave à Lisieux:
France Bleu vous révèle ce mercredi le témoignage d'une jeune femme victime d'esclavage moderne à Lisieux, dans le Calvados. Elle voulait devenir religieuse et pendant neuf ans, elle a travaillé 18 heures par jour, sans salaire et privée de liberté.

Obligée de travailler 18 heures par jour, sans salaire, et privée de toute liberté. C'est le calvaire qu'a vécu Myriam (prénom d'emprunt). Cette jeune femme est arrivée d'Afrique en 2001 pour intégrer la communauté des Travailleuses Missionnaires, une organisation internationale qui gère la chaîne de restaurants l'Eau Vive.
Cette affaire est très grave, pour plusieurs raisons.
  • D'une part, il est évident que de jeunes filles ont été mises dans une situation de souffrance révélée dans leur témoignage. En tant que chrétien, cette souffrance est d'autant plus insupportable qu'elle aurait été infligée au nom du Christ! Voir une jeune fille dire que sa foi est ébranlée par son interaction avec la vie religieuse est évidemment intolérable et douloureux.
  • D'autre part, la vie consacrée laïque est une forme de vocation qui, si elle est souvent difficile à comprendre dans notre monde moderne, peut être un témoignage d'une grande beauté. Encore faut-il, comme toute vocation, qu'elle soit librement consentie, tout comme un mariage ou un choix de carrière. Il semblerait, à en croire l'article et les témoignage, que l'Eau Vive a peut être été négligente et a pu manquer de sagesse.
  • D'un autre coté, je n'ai pas totalement confiance dans les sources. S'il est bon que des associations comme l'AVREF demandent des comptes à l'église et nous aident à identifier les dérives, on ne peut ignorer qu'il existe une forte réthorique anti-chrétienne en France, dont l'AVREF ne semble pas exactement exempte, et je ne voudrais pas être piégé par des manipulateurs. Certaines choses écrites par l'AVREF me font émettre quelques réserves. Quant au gros titre de France Bleu, il dissimule mal une joie mauvaise de pouvoir accuser des chrétiens d'esclavagisme et de manipulation mentale…

La vocation religieuse, c'est la liberté, pas l'esclavagisme

Une vocation religieuse ne fonctionne pas sur les standards sociaux classiques. Par exemple, un voeu de pauvreté revient à renoncer à tout bien matériel. Donc pas de salaire, évidemment, ça contredirait un peu l'idée de départ. De la même façon, un voeu de célibat, que ce soit pour un prêtre ou pour une laïque consacrée, n'est pas une atteinte à la liberté mais au contraire une manifestation de sa liberté. Ce n'est pas quelque chose que l'église prend à la personne, mais quelque chose que la personne offre au Christ. Et c'est bien ce genre d'offrande de soi-même à Dieu que cite le document de l'AVREF (page 6 note 6).

Comme un engagement religieux est pour la vie et extrêmement exigeant, l'église impose le plus souvent une période de "discernement" très longue aux aspirants. Quand l'AVREF écrit que "le parcours dit « de formation » dure six ans, ce qui est un exploit pour des filles appelées à travailler en cuisine ou service de table dans un restaurant !", elle me fait douter de la validité de l'ensemble du document, et me fait penser qu'ils sont partisans. En effet, pour devenir moine, il faut être postulant pendant 1 à 2 ans, puis novice pendant 1 an au moins, puis des voeux temporaires de trois ans qui peuvent être renouvelés. Et pourtant, on ne sert même pas au restaurant! Nombreux sont d'ailleurs ceux qui se rendent compte en cours de route que ce n'est pas pour eux. En clair, qu'il faille 6 ans pour "entrer en religion" me semble la moindre des choses, justement parce que c'est une vocation exigeante.

Cela étant dit, l'Eau Vive a certainement créé un situation un peu compliquée en allant chercher des postulantes en Afrique. En effet, si un jeune européen découvre que la vocation religieuse n'est pas pour lui, il peut souvent retourner dans sa famille, et il est en tout cas dans son pays. Mais c'est plus compliqué quand il s'agit d'une jeune africaine qui risquerait de se faire rejeter chez elle. Les témoignages des jeunes filles sont clairs là-dessus: elles ont peur du retour. Du coup, l'Eau Vive se voit sommée par l'AVREF de "recaser" ces filles en France, alors que leur intégration sera difficile faute d'argent ou de formation appropriée. Cela me semble malhonnête intellectuellement de la part de l'AVREF, mais il n'en reste pas moins qu'il y a un problème et qu'il faut le résoudre.

En bref, l'Eau Vive a peut être péché en ne s'assurant pas que les postulantes étaient véritablement libres. En effet, si les conditions spirituelles de leur liberté étaient sans doute remplies à l'origine, puisque ces jeunes filles se disent chrétiennes engagées, les conditions de leur liberté matérielle sur la durée de l'engagement ne l'étaient pas. Il sera intéressant de voir comment les responsables de l'Eau Vive répondent à ce problème. On est un peu dans un cas similaire à un mariage sous contrainte financière, que l'église considérera presque automatiquement comme nul faute d'être libre.

Comment aider ces jeunes filles?

Que l'Eau Vive ait fauté comme l'affirme l'AVREF, ou que la réalité soit plus nuancée, il n'en reste pas moins qu'il y a une situation de souffrance pour les jeunes filles qui ont témoigné. Comment pouvons nous, chrétiens, aider à la résoudre?

Il me semble important que la communauté chrétienne se mobilise pour aider ces jeunes filles.
  • Il faut les aider sur le plan matériel, s'assurer qu'elles peuvent librement sortir de leur engagement, mais sans tomber dans le militantisme de mauvaise foi pour exiger comme le fait l'AVREF des indemnités de départ, l'Eau Vive étant pratiquement assimilée à une grosse entreprise cotée en bourse. Ainsi, page 8, l'AVREF demande "La FMND remplit-elle ses obligations sociales en cas de départ ?" Est-ce que l'AVREF demanderait aussi des indemnités de départ pour les bénévoles des Restos du Coeur qui décideraient de renoncer à leur engagement bénévole? 
  • Il faut les aider sur le plan spirituel, car clairement leur vocation en a "pris un coup". Ainsi, celles qui disent "Et nous regrettons nous d’abord, nos parents ensuite d’avoir perdu notre temps, notre vocation et un peu de notre foi" ont besoin de notre soutien et de notre réconfort. Et ce n'est pas de l'endoctrinement, mais bien un témoignage d'amour. 
  • Enfin, il faut les aider à trouver leur voie. Faut-il qu'elles retournent dans leur famille, déçues et peut être même un peu honteuses? Peuvent elles retrouver un engagement religieux qui les rende pleinement heureuses? 

Petite grenouille, surtout si tu habites près de Lisieux, as tu un peu de temps ou d'énergie à consacrer à ces jeunes filles? Sinon, je t'invite à prier pour elles. Si quelqu'un sait comment mettre en place un petit fond d'entraide, ça pourrait être une bonne idée aussi, non?

Quelle défense pour le citoyen contre l'état?

Le gouvernement actuel a été massivement et répétitivement désavoué par les citoyens dans les urnes, que ce soit aux départementales ou aux régionales ou par une cote de popularité.

Et pourtant, Manuel Valls continue à fanfaronner, claironnant à qui veut l'entendre (principalement des journalistes fort complaisants) que le peuple français ne veut personne d'autre que lui. Ben voyons. C'est quoi, la partie compliquée à comprendre dans "ouste"? Mon chien comprend bien, lui…

Manu la tremblotte est peut être le premier chef de gouvernement à ne pas démissionner après une telle déroute électorale. Tout un symbole d'un refus de la démocratie sans précédent en France. Et ce n'est malheureusement pas le seul, chère grenouille. Du reste, il n'y a pas que Dieudonné pour en avoir marre de l'attitude insupportable de Manu et recommander qu'il prenne des vacances.

Notre république est attaquée par des scélérats. Les piliers même de la république que sont la liberté, l'égalité et la fraternité en sont les premières victimes.

Moi président, je refuserai d'écouter le peuple

Le gouvernement actuel fait voter en ce moment une loi santé qui a mis les médecins dans la rue. Cette loi est rejetée par ceux qui sont compétents pour la comprendre, en particulier parce que sous couvert de gratuité pour les plus pauvres, elle force les médecins à passer par des dispositifs étatiques pour se faire payer. Et bien sûr, la fiabilité de l'état payeur est sans tache. Mais qui contrôle l'argent contrôle les médecins, et ça c'est une bonne raison pour faire une loi… Cette loi instaure aussi des quotas de bébés à tuer. Et tant qu'on y est, allons y pour les recherches destructrices sur l'embryon, ça semble vraiment urgent quand on a cinq millions de chômeurs. Et bien sûr, supprimons le délai de réflexion pour l'avortement, contrairement à la chirurgie esthétique ou à l'achat d'un crédit bancaire… Bref, une loi qui montre une fois de plus que la transgression est la seule ligne politique claire de ce gouvernement. Comme avant elle le mariage pour tous les homosexuels (une injuste discrimination frappant encore les pauvres trouples, polygames, pédophiles et autres amateurs d'inceste).

Le gouvernement actuel fait voter une loi sur le renseignement qui, si elle ne peut mathématiquement avoir aucun effet sur les terroristes, permettra en revanche de façon fort pratique au premier ministre de cibler les individus de son choix, sans contrôle judiciaire. Le même gouvernement qui mettait illégalement sur écoute un ancien président de la république dans ses discussions avec son avocat, et qui faisait opportunément fuiter les informations recueillies dans un journal immonde. Le même premier ministre qui s'acharne sur un humoriste. Des sociétés de haute technologies dont nous devrions être fiers menacent de partir tellement cette loi va à l'encontre des intérêts de leurs clients. Donc le projet de loi sur le renseignement est non seulement stupide et liberticide, c'est aussi une menace pour l'emploi.

Le gouvernement actuel avait aussi fait voter une loi "mariage pour tous" malgré des protestations massives de citoyens. En faisant arrêter des vieilles dames, des porteurs de T-shirt, des jeunes manifestants ou des porteurs de flambeau. En traitant d'homophobes tous les opposants. Quitte à parler de tuer les manifestants, ce qui dans le Camp du Bien™ n'est pas une apologie au terrorisme, contrairement à une manifestation de dépit par un humoriste. À l'époque, les 700.000 signatures présentées au CESE avaient été rejetées sur un obscure distinguo entre "sociétal" et "social"… En clair, le gouvernement n'écoute pas les protestations de la rue.

Une politique de la contrainte et de la transgression des vraies valeurs

Le gouvernement actuel défend une politique économique basée sur la contrainte. Par exemple, prenez cette grande idée qu'est le Crédit d'Impôts Compétitivité Emploi (CICE). C'est le même principe que le CIR. Alors je vous explique le CIR pour l'avoir vécu: vous passez des jours à remplir de la paperasse pour que le gouvernement vous rende de l'argent qu'il n'aurait pas dû vous prendre au départ. Vous êtes à sa merci, vous attendez son bon vouloir. C'est comme ça que ma petite startup de cinq personnes (à l'époque) a été amenée à faire pendant 9 mois une avance de trésorerie à l'état français correspondant à une bonne fraction de son chiffre d'affaires annuel. Combien de salons nous n'avons pas pu faire à cause de ça? Tout ça pour avoir la chance de pouvoir être controlés par le fisc les années suivantes, avec la menace d'avoir à rembourser. Bref, le thème dans le domaine économique est là encore le contrôle et la contrainte.

Le gouvernement actuel a organisé avec nos impôts une manifestation internationale de défense d'un journal d'extrême gauche qui avait fait de l'injure et de la grossièreté son fond de commerce. Le fait que certains membres éminents du journal étaient copains comme cochons avec le président n'avait bien sûr rien à voir avec ça…

Sauf que… quand 147 chrétiens sont assassinés pour leur foi au Kenya, lorsque 21 coptes sont assassinés aussi pour leur foi en Égypte, le présiflan non seulement n'organise pas de manifestation, il n'arrive même pas à prononcer le mot de "chrétien". Et la liberté d'expression marche à deux vitesse, puisqu'une simple caricature de celle dont la rumeur affirme qu'elle est l'ancienne maîtresse du présiflan vaut un procès au dessinateur. En clair, le gouvernement n'accepte la liberté d'expression que pour les siens.

Pour faire passer ses idées nauséabondes en force, notre gouvernement a endommagé un premier pilier de la république. La république n'assure plus la liberté de ses citoyens si elle contrevient aux lubie du pouvoir en place.

Deux poids, deux mesures, c'est plus qu'un slogan

Le gouvernement actuel devait être exemplaire, le président ayant moijeté que  "je ferai fonctionner la justice de manière indépendante". Bon, eh ben pour voir, on a vu. Deux mois de prison ferme pour un manifestant étudiant, mais enterrement ou au minimum, traitement beaucoup plus lent, des dossiers CahuzacFabiusAubryTaubira, etc. Bon, ça ne marche pas tout le temps. Mais ce n'est que la partie émergée de l'iceberg des responsables PS en activité et élus condamnés.

Deux poids, deux mesures, c'est d'ailleurs une constante depuis trois ans. Récemment, par exemple, la plainte du Chredo contre la RATP a été jugée non recevable parce que cette association ne serait pas une des parties du contrat, alors même que les chrétiens d'orient sont précisément les bénéficiaires dont la RATP voulait rayer le nom.

De l'autre coté, la plainte de Walwari contre Leclère est considérée recevable, et la fleuriste dont le grand tort a été d'être élue FN reçoit 9 mois ferme et 50000€ d'amendes (sans doute plus d'un an de salaire). Et tant qu'à faire, on condamne le FN qui n'avait rien à voir dans l'histoire, au motif qu'il aurait fourni les moyens? Quoi? Le FN aurait payé l'abonnement Facebook de Mme Leclère? Pas cher, alors, parce que Facebook c'est gratuit… Bien sûr, quand c'est Charlie Hebdo qui dessine Taubira en singe pour critiquer le Front National, là, il n'y a rien à redire.

Et à quel titre Walwari pourrait-elle représenter Mme Taubira quand le Chredo ne peut pas représenter les chrétiens d'orient? Du droit d'une association de se porter partie civile pour les injures à sa fondatrice avec qui elle partage une même adresse? Bon, c'est super pratique, parce qu'en envoyant le procès en Guyane, il est évident que le FN aura du mal à trouver un avocat voulant bien les représenter. Car si la Guyane, c'est la France (finement raisonné de la part d'une indépendantiste comme Taubira), c'est un bout de France qui se révèle pétrie d'une attitude victimaire, revancharde et raciste vis à vis de la métropole. Et certainement pas très accueillante pour le FN.

Le deux poids et deux mesures est plus qu'un slogan, c'est un marqueur d'injustice. La justice est effectivement à deux vitesses selon que l'on est ministre PS ou candidat FN. Notre république n'assure plus non plus l'égalité entre ses citoyens.

Un gouvernement en guerre contre son peuple

Bref, l'état français actuel est en guerre ouverte avec ses citoyens. Et cette guerre, c'est lui qui l'a déclarée.

Que peut faire le citoyen si son vote est ignoré, alors même que certains veulent le rendre obligatoire pour tenter de se refaire une légitimité et récupérer les votes communautaires? Si ses libertés sont érodées ou bafouées? Si le mensonge et la goujaterie sont érigés en méthode gouvernementale? Si des guignols incompétents invoquent les "valeurs" d'une république corrompue par leur faute, quand ils se moquent des vraies valeurs que sont la famille, l'amour du prochain, la protection des plus faible, l'égalité, la liberté, la fraternité.

Rappelons nous la Marseillaise : Aux armes, citoyens! Reprenons le pouvoir. Ce pays est le nôtre. Noyons les administrations sous leur propre paperasse et contradictions. Prenons la parole pour dénoncer, encore et encore, ce gouvernement de crétins incapables, menteurs et veules, assoiffés de pouvoir au point de ne pas consacrer une minute aux vrais problèmes des français. Au prix que coûte un parlementaire, on pourrait au moins espérer qu'ils soient présents aux votes. À défaut, virons les, et remplaçons les votes partisans d'une infime minorité par des votes populaires. Ca marche bien en Suisse, pourquoi ça ne marcherait pas chez nous? Et proposons enfin des alternatives au "tout à l'état" commun à tous les "partis de gouvernement".

Il faut se fixer un nouvel idéal

Et c'est bien la première étape du changement en France : comprendre vers quoi on veut aller. Ca tombe bien, on a des exemples soit à l'étranger, soit dans notre propre passé, d'organisations de l'état qui marchent plutôt mieux que la nôtre.

Dans une société normale comme la France en connaissant dans les années 1960, l'état devrait monopoliser au plus un tiers des ressources de la nation. Aujourd'hui, on a dépassé la moitié, mais on continue vers le mur en accélérant. Avec une dépense publique à 35% du PIB, on peut encore gérer les fonctions régaliennes de l'état, l'ordre public, l'armée, l'organisation du territoire. Le reste doit être laissé à des citoyens libres, adultes et assez intelligents pour s'occuper de leurs affaires comme des grands. Ca leur appartient, c'est un droit. Au lieu de ça, aujourd'hui, on finance sur fonds publics des sex-toys géants pendant que les militaires en sont à organiser des bourses aux vêtements, les gendarmes à rouler moins faute de carburant, les policiers sont exténués, et ceux qui osent en parler se font muter.

Est-ce que la France de 1960 était si mal gérée? Est-ce que des bulletins de salaire avec un seul taux de cotisation et qu'on pouvait remplir à la main, c'était vraiment si troporrible? Trop de loi tue l'efficacité de la loi et incite même à l'enfreindre. Pourquoi avons nous presque dix fois plus de lois qu'en Allemagne? L'état doit-il absolument s'occuper de ce que j'ai le droit de manger, de fumer, du docteur que j'ai le droit d'aller voir, ou de comment j'éduque mes enfants? Et qu'on arrête de nous ressortir l'argument usé de la "solidarité" : qui dans ce domaine a les meilleurs résultats, l'état ou la Croix-Rouge? Les conseillers généraux ou les bénévoles du Secours Populaire? Manu la tremblotte ou Coluche et ses Resto du Coeur?

N'oublions pas que la solidarité et la fraternité, c'est d'abord chacun de nous. La charité chrétienne ne se délègue pas à autrui. Je ne suis pas "en règle" avec les sans abris, les chômeurs, les blessés de la vie, simplement parce que j'ai payé mes impôts, taxes, cotisations, et autres contributions sociales. La solidarité n'est pas une affaire d'état. Notre république a aussi complètement écorné l'idée même de fraternité.

Saute, grenouille!

L'eau bout, petite grenouille. Auras tu encore le courage de sauter? Ou bien es-tu déjà cuite?

Tuesday, April 14, 2015

La loi santé, c'est un quota de bébés à tuer chaque année


Communiqué de la fondation Jérôme Lejeune:
"L’Assemblée nationale vote aujourd’hui en 1ère lecture le projet de loi santé.

Pour la Fondation Jérôme Lejeune, la vague de mesures transgressives, surprenante quant à l’hétérogénéité des sujets (avortement, dons d’organes, recherche sur l’embryon) et inédite dans la quantité, confirme la perte totale de conscience des responsables politiques à l’égard du respect de la vie humaine.

Au-delà des mesures signalées pendant le débat, notamment la suppression du délai de réflexion de la femme avant un avortement, la demande de réalisation d’avortements par les sages-femmes, l’automatisation du don d’organes, la Fondation attire l’attention sur deux autres dispositions dont l’impact est majeur :
  • L’instauration de quotas d’avortements pour chaque établissement de santé, dans le cadre du contrat d’objectifs qui le lie à l’ARS. Si cette disposition est maintenue, les établissements de santé devront s’engager sur un objectif de volume d’activité d’IVG par rapport au volume de leur activité d’obstétrique.
  • La création d’un nouveau régime de recherche sur l’embryon pour améliorer les techniques d’assistance médicale à la procréation. Cela conduira à fabriquer des embryons humains pour la recherche, ce qui était considéré jusqu’à présent comme une limite à ne pas franchir."
Ca va certainement aider à inverser la courbe du chômage…

Tu sais que tu es entrepreneur en France quand…

Tu reçois des formulaires quasiment identiques t'enjoignant de payer la Taxe d'Apprentissage de trois ou quatre organismes différents. Tous les formulaires sont pratiquement identiques, mais pas tout à fait.

Il faut payer à qui?